ROBE ​SEH-DONG-HONG-BEH

En 1851, Seh-Dong-Hong-Beh est la cheffe du régiment des Minos qui, fort de 6 000 recrues, représente un tiers de l’armée. Elle a dirige une armée de 6 000 femmes contre la forteresse de Egba de Abeokuta. Parce que les Amazones étaient armées de lances, de flèches, et d'épées alors que les Egba avaient les canons des Européens. 1 200 Guerrières seulement survécurent aux batailles. 

On sait extrêmement peu de choses sur la vie de Seh-Dong-Hong-Beh, dont le nom signifie « Dieu dit la Vérité ». Elle vit dans le Royaume du Dahomey (sud-ouest de l’actuel Bénin), au 19ème siècle ; à une période où la France étend son empire colonial en Afrique.

Royaume esclavagiste s’enrichissant du commerce d’esclaves, le Royaume du Dahomey est en conflit avec des peuples voisins, notamment avec les Egbas qui fondent la ville d’Abeokuta (actuel Nigéria) comme refuge.

Depuis le début du 18ème siècle, le Royaume du Dahomey possède, intégré à son corps d’armée, une unité de femmes combattantes. Fondé entre 1708 et 1711 par la reine Tasi Hangbè, le corps des femmes guerrières combat avec vaillance lors de guerres avec des royaumes ennemis. Elles sont appelées Minos, signifiant « Nos mères » en fongbe, la langue officielle du Royaume du Dahomey. Ce sont les Européens qui, découvrant ce régiment de guerrières, les surnomment Amazones, en référence au peuple de femmes guerrières de la mythologie grecque.

SEH-DONG-HONG-BEH LEADER DES GUERRIÈRES DU DAHOMEY

En 1892 le Roi Behanzin de Dahomey (aujourd'hui Benin) était en guerre contre les colons Français à cause de litiges commerciaux. Il dirigea une armée de 12 000 troupes, y compris les 2 000 Amazones, en bataille. Malgré le fait que l'armée Dahomey était seulement armée de fusils alors que les Français avaient des machines revolvers, et des cannons, les Amazones qui ont attaquées quand les troupes Françaises tentaient de traverser une rivière, leur ont infligé de sérieux dommages. Elles se sont engagées dans des combats corps à corps avec les survivants forçant éventuellement l'armée Française à prendre la fuite. Des jours plus tard les Français trouvèrent un pont, ils traversèrent la rivière et vainquirent l'armée Dahomey après une bataille féroce. Les Amazones ont préféré brûler les champs, les villages, et les cités plutôt que de les laisser aux mains des Français mais ceci n'a pas retardé le fait que le Dahomey devienne une colonie Française.

 
Sources :

  • Wikipédia
  • www.histoireparlesfemmes.com